Changer d’agence web ?

Quelles précautions faut-il prendre avant de changer de prestataire ou plateforme web ? 5 points importants à ne pas négliger pour changer d’agence web.

L’un de mes clients essaie de changer de prestataire web. Cela ne devrait pas poser de souci particulier, sauf que son nom de domaine (pour lequel il a payé) a été enregistré au nom du prestataire. Celui-ci « s’amuse » à lui donner des informations inexactes et éparses alors que le domaine va expirer en juin. Sous la pression, le prestataire a libéré le domaine sauf qu’il est toujours propriétaire et ne valide pas les demandes de transfert qui reviennent donc systématiquement en échec.

Cette situation est particulièrement stressante pour le client qui craint de perdre son nom de domaine. Heureusement, cela n’arrivera pas suite à une intervention « énergique » qui a consisté à faire changer le nom du propriétaire de domaine directement auprès du registre.

Ceci m’amène à redire les précautions à prendre lorsque vous faites faire un site ou laisser un prestataire gérer votre nom de domaine.

1- Ne laissez pas le prestataire enregistrer le nom de domaine pour vous à son nom. Le prestataire peut être contact administratif, technique et de facturation. Il ne doit jamais être « propriétaire » de votre nom de domaine. C’est le vôtre, vous lui en confiez la gestion, point.

2- Rien ne vous oblige à confier la gestion de votre domaine à l’hébergeur. Vous pouvez déposer un domaine chez un registrar puis le lier ensuite à un hébergement chez un autre prestataire. C’est la solution la plus sûre. Si votre hébergeur est défaillant, en 24h votre site est hébergé ailleurs simplement en faisant pointer votre domaine vers le nouvel hébergeur.

3- Autre cas de figure récemment rencontré, l’ancien prestataire de site avait enregistré un domaine et le faisait héberger. Lorsque le client a voulu changer de domaine, de site et de prestataire. L’ancien prestataire a laissé « traîné » l’ancien site pendant plusieurs mois, ce qui gênait fortement le référencement du nouveau. Pour éviter d’être « à la merci » de votre prestataire, voir le point 1 et 2 : Enregistrez le domaine à votre nom et mail. Le propriétaire a tous les droits sur son domaine, il peut en changer les contacts techniques et administratifs et le faire pointer vers un nouvel hébergement sans demander l’autorisation à son ancien prestataire. C’est beaucoup de temps gagné pour tout le monde.

4- Il n’y a aucun intérêt pour le client à signer un abonnement l’engageant sur plusieurs années. Si votre prestataire ne vous donne pas satisfaction, vous devez pouvoir le quitter et récupérer l’ensemble des codes pour gérer votre site. Cela ne devrait pas être négociable.

5- Certaines règles s’appliquent au transfert des domaines. On ne peut pas transférer un domaine qui a moins de 60 jours. Il faut compter 6-8 jours pour transférer un domaine proprement (c’est-à-dire si les contacts – ancien et nouveau propriétaires – répondent dans le délai de 6 jours).

Quelque peu échaudé par des pratiques bien peu élégantes, je ne peux que vous recommander d’anticiper votre changement de prestataire. Et même si vous n’avez pas l’intention de changer de prestataire, assurez-vous que vous êtes bien propriétaire de votre domaine, par exemple en consultant le Whois via gandi.net. Si ce n’est pas le cas, demandez à votre prestataire qu’il vous passe « propriétaire ». C’est une opération très simple qui vous permettra d’être un peu plus libre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *